Accueil Brèves Plan du site Contact Admin


COLISEE Articles
comité pour l’information sur l’Europe de l’Est
   
 
 
[ Imprimer cet article ]


Bulgarie : analyse des élections municipales de l'automne 2003


dimanche 30 novembre 2003

Le malaise profond, qui caractérise les élites politiques depuis quelques années, voilé par l'arrivée de Siméon de Saxe-Coburg en 2001, s'est de nouveau pleinement manifesté lors des dernières élections locales de l'automne 2003.

L'Union des forces démocratiques (SDS) a pu constater qu'elle reste toujours le plus grand parti de droite. Toutefois, elle est parvenue à ce résultat grâce à un nombre d'électeurs comparable à celui de la défaite écrasante en 2001 lorsque son soutien électoral avait chuté de 52 % (1997) à 18 % (1). L'union de ce parti avec les groupuscules de droite s'est révélée essentiel lors du second tour.

Cependant, une telle union a nécessité un difficile rapprochement avec d'anciens cadres autrefois condamnés, ce qui sape d'autant le discours officiel défini depuis 2001 et basé sur le renouvellement du parti et l'introduction de nouveaux principes de lutte contre la corruption.

Quant au Parti socialiste (BSP), qui était entré dans ces élections avec l'ambition de légitimer ses aspirations à gouverner le pays dans un avenir proche, il en est sorti avec des aspirations bien moins importantes. N'ayant pu rassembler un nombre de votes significativement supérieur aux résultats modestes en 2001, le PSB a du se rendre compte que malgré sa plus forte performance électorale et une meilleure consolidation partisane que la droite, il lui reste des problèmes à résoudre (son hétérogénéité interne et sa forte décentralisation locale) dans une très courte période avant les prochaines élections parlementaires en 2005.

Contrairement à ses homologues politiques, le Mouvement pour des Droits et des Libertés (DPS) a fait un sérieux pas en avant, en augmentant de 65 % le nombre de ses conseillers municipaux par rapport aux dernières élections municipales de 1999, et en gagnant ainsi 22 % des mairies. Ce succès est le résultat d'une politique soigneusement menée au niveau local et contrôlée par une structure partisane nationale très centralisée, voire autoritaire.

En dépit des affirmations de ses dirigeants ce parti reste perçu par les populations non turques comme le représentant de cette minorité. De plus, la rhétorique d'intégration qu'il véhicule laisse sur le bord de la route la communauté Rom, forte de 8 à 10 % de la population et comparable en nombre à la minorité turque.


(1) Au premier tour des élections municipales moins de 800.000 électeurs sur un électorat potentiel de plus de six millions d'électeurs ont voté pour les candidats du SDS, un nombre comparable à celui des élections parlementaires en 2001.

Extraits de l'étude d'Ivaylo Petev, Ecole doctorale de Sciences-Po, « Le tropisme électoral bulgare »- Fondation Robert Schuman, Synthèse n° 114



[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
 
  01. Accueil
02. Albanie
03. Arménie
04. Azerbaïdjan
05. Biélorussie
06. Bosnie-Herzégovine
07. Croatie
08. Géorgie
09. Kazakhstan
10. Kirghizstan
11. Macédoine
12. Moldavie
13. Monténégro
14. Ouzbékistan
15. Russie
16. Serbie
17. Tadjikistan
18. Turkménistan
19. Ukraine
20. Etats autoproclamés
21. Union européenne
22. Grandes régions d'Europe et d'Asie
23. Thèmes transversaux
24. Les séminaires et les conférences
25. Les dossiers du COLISEE

Contact
 

 
 
Dans la même rubrique

Autres articles :
Biographie de Siméon II, Premier ministre de la République de Bulgarie (février 2004)
Bulgarie : La coalition de droite conserve Sofia et Plovdiv (2003)
Bulgarie : élection présidentielle du 22 octobre 2006. Le président Parvanov sera-t-il réélu au premier ou au second tour ?
Bulgarie : les ex-communistes remportent les municipales (2003)
La présidentielle de l'automne 2006 en Bulgarie : une élection sans surprises ?
Bulgarie : avec la réélection du président Parvanov, le bilan de la transition post-communiste plébiscité ? par François FRISON-ROCHE (2006)
Bulgarie : un nouveau parti de droite : les "Démocrates pour une Bulgarie forte" (juin 2004)
Panorama des principaux partis politiques bulgares (2004)
La Bulgarie aux portes de l'Union européenne par François FRISON-ROCHE (juin 2004)
Bulgarie : crise parlementaire ou manœuvres pré-électorales ? par François FRISON-ROCHE (mars 2005)

 



© 2013 COLISEE