Accueil Brèves Plan du site Contact Admin


COLISEE Articles
comité pour l’information sur l’Europe de l’Est
   
 
 
[ Imprimer cet article ]


Serbie : les ultranationalistes arrivent en tête, mais les partis démocrates restent majoritaires


dimanche 21 janvier 2007

Les ultranationalistes sont arrivés, comme prévu, en tête des législatives serbes, selon les premières estimations. Le Parti radical (SRS) a obtenu 28,5 % des voix, devançant la Parti démocrate (DS) du président Boris Tadic, crédité de 22,9 %, ce qui donne à ce dernier une préséance sur le parti du Premier ministre Vojislav Kostunica, le Parti démocrate de Serbie (DSS), qui ne recueille que 17 % des voix.

Ces premières estimations ont été données par le CESID (Centre pour des Elections libres et la Démocratie), un organisme indépendant qui surveille les élections en Serbie.

Le SRS, présidé par l'ancien paramilitaire Vojislav Seselj dans l'attente d'être jugé pour crimes de guerre au Tribunal pénal international (TPI) de La Haye, était déjà le parti le plus représenté au parlement sortant où il détenait près d'un tiers des sièges.

Les législatives, considérées comme décisives pour l'avenir de la Serbie, ont opposé les réformateurs pro-européens aux ultranationalistes eurosceptiques. Les 6,6 millions d'électeurs étaient appelés à élire leurs 250 députés parmi 3799 candidats appartenant à 20 partis ou coalitions.

A la clôture du scrutin, les observateurs faisaient état d'une participation de l'ordre de 60 % des inscrits, soit une mobilisation importante en regard des précédents scrutins en Serbie. Généralement, les formations ultranationalistes profitent d'une faible participation.

Alors qu'aucun parti n'a remporté la majorité absolue la formation du prochain gouvernement devrait, selon les analystes, donner lieu à de difficiles et vraisemblablement longues négociations.

Le résultat des négociations sera crucial pour l'avenir européen de la Serbie. Bruxelles a suspendu en mai 2006 ses négociations de rapprochement avec Belgrade pour sanctionner l'incapacité des autorités serbes d'arrêter le général Ratko Mladic, l'ex-chef militaire des Serbes de Bosnie que la justice internationale a inculpé de génocide et crimes de guerre.

Ces législatives étaient les premières depuis qu'en 2006 la Serbie a été réduite à la portion congrue par l'indépendance du Monténégro, son allié ancestral. Quelque 500 observateurs internationaux et 5000 locaux ont surveillé ces élections



[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
 
  01. Accueil
02. Albanie
03. Arménie
04. Azerbaïdjan
05. Biélorussie
06. Bosnie-Herzégovine
07. Croatie
08. Géorgie
09. Kazakhstan
10. Kirghizstan
11. Macédoine
12. Moldavie
13. Monténégro
14. Ouzbékistan
15. Russie
16. Serbie
17. Tadjikistan
18. Turkménistan
19. Ukraine
20. Etats autoproclamés
21. Union européenne élargie (10 derniers pays)
22. Union européenne (Institutions)
23. Grandes régions d'Europe et d'Asie
24. Thèmes transversaux

Contact
 

 
 
Dans la même rubrique

Autres articles :
Législatives en Serbie : "Pour une Serbie européenne" proclamée officiellement vainqueur
Serbie : le président du parlement élu grâce aux députés pro-Milosevic
Serbie : élections législatives le 21 janvier
Serbie : la campagne électorale reste marquée par l'avenir du Kosovo, malgré le report de la remise du projet de statut de la province
Composition du Parlement serbe
Report de l'élection du président du parlement serbe

 



© 2012 COLISEE