Accueil Brèves Plan du site Contact Admin


COLISEE Articles
comité pour l’information sur l’Europe de l’Est
   
 
 
[ Imprimer cet article ]


Une opposante ouzbèke, Mutabar Tadjibaeva, reçoit le prix Martin-Ennals à Genève


jeudi 20 novembre 2008

Mme Mutabar Tadjibaeva, lauréate du prix Martin-Ennals (1), s'est vue remettre en mains propres cette distinction le 20 novembre 2008 à Genève.

Il est probable que sa libération surprise des prisons de Tachkent et que l'autorisation de quitter le pays qui lui a été accordée par les autorités ouzbèkes (2) entrent dans le cadre d'une campagne destinée à améliorer l'image de l'Ouzbékistan, quelques semaines après l'allégement des sanctions décidées en 2005 par l'Union européenne.

Mutabar Tadjibaeva

Née en 1962, Mutabar Tadjibaeva a une formation d'économiste et devient journaliste.

En 2000, elle rejoint l'ONG "Le Club des Cours Ardents", affiliée au Parti du président Islam Karimov et dont l'objectif est de lutter contre la criminalité et la toxicomanie.

En 2002, elle entre en dissidence après avoir constaté que des hauts fonctionnaires sont mêlés au trafic de drogue.

En 2003, elle soutient la grève dans une raffinerie de la vallée de Fergana, à l'Est du pays, est rouée de coups et échappe de peu à la mort.

En 2005, elle adresse un télégramme au président Karimov pour protester contre l'arrestation d'hommes d'affaires en désaccord avec le nouveau gouverneur d'Andijan, et les tortures qui leur sont infligées. Quelques jours après, elle est enlevée puis violée par des représentants du ministère de la Justice.

Libérée, elle enquête ensuite sur les évènements du 13 mai 2005 à Andijan (manifestation pacifique réprimée par les armes et qui aurait conduit à 800 morts), avant d'être arrêtée à nouveau en octobre.

Condamnée à 8 années de prison, elle est envoyée régulièrement en cellule d'isolement car elle refuse de signer sa demande de grâce, qui aurait été suivie d'une "autocritique" télévisée. Gavée de médicaments, elle est opérée d'un cancer de l'utérus qu'elle n'a pas (3).

Le 2 juin 2008, à la suite de l'attribution du prix Martin-Ennals, elle est libérée sous condition pour raison de santé, puis autorisée à quitter le pays.

Notes :

(1) Le prix Martin-Ennals pourrait s'apparenter au prix Nobel des droits de l'homme. Voir http://www.martinennalsaward.org/fr

(2) Ouzbékistan : les rouages du système Karimov

(3) Lettre ouverte sur les droits de l'Homme au Président d'Ouzbékistan, Monsieur Karimov



[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
 
  01. Accueil
02. Albanie
03. Arménie
04. Azerbaïdjan
05. Biélorussie
06. Bosnie-Herzégovine
07. Croatie
08. Géorgie
09. Kazakhstan
10. Kirghizstan
11. Macédoine
12. Moldavie
13. Monténégro
14. Ouzbékistan
15. Russie
16. Serbie
17. Tadjikistan
18. Turkménistan
19. Ukraine
20. Etats autoproclamés
21. Union européenne
22. Grandes régions d'Europe et d'Asie
23. Thèmes transversaux
24. Les séminaires et les conférences
25. Les dossiers du COLISEE

Contact
 

 
 
Dans la même rubrique

Autres articles :
Ouzbekistan : le site Internet d'Ozod Ovoz rendu inaccessible

 



© 2013 COLISEE