Accueil Brèves Plan du site Contact Admin


COLISEE Articles
comité pour l’information sur l’Europe de l’Est
   
 
 
[ Imprimer cet article ]


Géorgie : un "négociateur" éprouvé candidat au poste de premier ministre (février 2005)


mercredi 9 février 2005

Zourab Nogaïdeli, dont la candidature au poste de premier ministre géorgien a été annoncée mardi par le président Mikhaïl Saakachvili, a la réputation d'un homme ferme sur les principes, possédant de bons rapports avec les institutions financières internationales et aussi celle d'un "négociateur" éprouvé.

L'attachée de presse du président géorgien, Alana Gagloeva, a annoncé que Mikhaïl Saakachvili avait porté son choix sur le ministre des Finances et proposé la candidature de Zourab Nogaïdeli pour le porte de chef du gouvernement.

Quarante-huit heures ont été données à Zourab Nogaïdeli pour former le nouveau cabinet des ministres et le présenter, a dit Alana Gagloeva.

De l'avis des observateurs, en prenant cette décision le président Saakachvili a maintenu ce que l'on appelle le "triangle politique". Après la "révolution de la rose" les leaders de l'opposition unie, Mikhaïl Saakachvili, Nino Bourdjanadze et Zourab Jvania, s'étaient réparti les plus hauts postes de l'Etat.

"La direction actuelle de la Géorgie est arrivée au pouvoir sous le signe du triangle. J'estime que ce triangle doit être maintenu. Zourab Jvania n'est plus. Je pense que le poste de premier ministre doit être occupé par un homme de cette équipe", a dit la présidente du Comité parlementaire pour les droits de l'homme, Elena Tevdoradze, qui s'entretenait avec des journalistes.

Zourab Nogaïdeli est physicien de formation. Il avait déjà été ministre des Finances en 2000-2001 lors de la présidence d'Edouard Chevardnadze. Zourab Nogaïdeli avait toujours été considéré comme un proche de Zourab Jvania, même quand il était ministre des Finances sous Chevardnadze et quand Zourab Jvania était dans l'opposition.

Selon la Constitution géorgienne, le candidat au poste de premier ministre dispose d'un délai de dix jours pour former le nouveau gouvernement. Celui-ci doit ensuite être présenté au parlement pour entérinement. Cependant, le président Saakachvili a réduit ce délai à quarante-huit heures.

RIA Novosti/Tbilissi, 9 février 2005



[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
 
  01. Accueil
02. Albanie
03. Arménie
04. Azerbaïdjan
05. Biélorussie
06. Bosnie-Herzégovine
07. Croatie
08. Géorgie
09. Kazakhstan
10. Kirghizstan
11. Macédoine
12. Moldavie
13. Monténégro
14. Ouzbékistan
15. Russie
16. Serbie
17. Tadjikistan
18. Turkménistan
19. Ukraine
20. Etats autoproclamés
21. Union européenne
22. Grandes régions d'Europe et d'Asie
23. Thèmes transversaux
24. Les séminaires et les conférences
25. Les dossiers du COLISEE

Contact
 

 
 
Dans la même rubrique

Autres articles :
Israël et Géorgie : David Kézérachvili, ancien ministre
Géorgie : 5ème remaniement ministériel en 18 mois (juillet 2005)
Géorgie : composition du gouvernement au 16 juin 2004
Grave crise politique (novembre 2002)
La Géorgie en crise (novembre 2001)
Elections législatives du 31 octobre 1999
Géorgie : 4ème remaniement ministériel en 12 mois (février 2005)
Géorgie : Guiorgui Nodia, ancien ministre
Géorgie : Pétré Tsiskarichvili, ancien ministre
Des élections locales sous influence (avril 2003)

 



© 2013 COLISEE