Accueil Brèves Plan du site Contact Admin


COLISEE Articles
comité pour l’information sur l’Europe de l’Est
   
 
 
[ Imprimer cet article ]


Biélorussie : Reporters sans frontières condamne la fermeture du bureau de la télévision publique russe Rossia pour "désinformation"


samedi 31 juillet 2004

Les autorités bélarusses ont annoncé, le 23 juillet, la fermeture du bureau de la télévision russe Rossia à Minsk pour avoir transmis des "informations biaisées" concernant une manifestation d'opposants qui avait eu lieu deux jours auparavant.

Reporters sans frontières est "scandalisée par la fermeture du bureau de la télévision publique russe Rossia" et demande aux autorités de "revenir sur cette décision arbitraire."

"Alors que le président Alexandre Loukachenko tente par tous les moyens de se maintenir au pouvoir, y compris par un referendum constitutionnel, cet acte de censure illustre les dérives autoritaires déjà à l'œuvre", a déclaré l'organisation.

Le 23 juillet, dans le journal du soir de la télévision d'Etat du Bélarus, les autorités ont déclaré que la fermeture du bureau de Rossia était due "à l'utilisation délibérée d'informations erronées, insultant la dignité des citoyens bélarusses et ayant un effet négatif sur l'image de la République du Bélarus".

Le 22 juillet, Sergey Martynov, ministre des affaires étrangères du Bélarus, a ordonné au journaliste de Rossia, Dmitry Petrov, et au rédacteur en chef du bureau de Minsk, Andrei Kachura, de présenter publiquement leurs excuses.

Dmitry Petrov avait annoncé à l'antenne de Rossia que la manifestation, qui s'est tenue le 21 juillet à Minsk, avait réuni entre 2000 et 5000 personnes, alors que la police affirmait que seuls 193 personnes y avaient pris part. Les agences de presse internationales ont parlé d'environ 4000 manifestants.

La manifestation réunissait des opposants au régime d'Alexandre Loukachenko, dix ans après son accession au pouvoir, et alors que celui-ci venait d'annoncer l'organisation d'un referendum sur la possibilité de prétendre à un troisième mandat.

En 2003, les autorités avaient fermé le bureau de la télévision russe NTV pour un reportage jugé "tendancieux" sur l'enterrement d'un écrivain et opposant au président Loukachenko. En 1997, Alexandre Stupnikov, correspondant de NTV, avait été explusé sous le même prétexte. Dans son Rapport annuel 2004, Reporters sans frontières a dénoncé le harcèlement contre la presse indépendante du Bélarus. Le président Alexandre Loukachenko figure parmi les 37 "prédateurs de la liberté de la presse" dans le monde désignés par Reporters sans frontières.



[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
 
  01. Accueil
02. Albanie
03. Arménie
04. Azerbaïdjan
05. Biélorussie
06. Bosnie-Herzégovine
07. Croatie
08. Géorgie
09. Kazakhstan
10. Kirghizstan
11. Macédoine
12. Moldavie
13. Monténégro
14. Ouzbékistan
15. Russie
16. Serbie
17. Tadjikistan
18. Turkménistan
19. Ukraine
20. Etats autoproclamés
21. Union européenne
22. Grandes régions d'Europe et d'Asie
23. Thèmes transversaux
24. Les séminaires et les conférences
25. Les dossiers du COLISEE

Contact
 

 
 
Dans la même rubrique

Autres articles :
Biélorussie : le KGB censure des dessins animés satiriques distribués sur Internet (août 2005)
Biélorussie : les ordinateurs d'un journal indépendant saisis par la police et le KGB (mars 2005)
Biélorussie : l'OSCE condamne les perquisitions chez des journalistes indépendants (mars 2008)
Biélorussie : un journaliste d'opposition retrouvé pendu (octobre 2010)
Belarus : situation des médias
Biélorussie : Le harcèlement judiciaire se poursuit à l'encontre de la presse indépendante (mai 2005)
Biélorussie : À l'approche du référendum, l'étau se resserre autour de la presse indépendante
Biélorussie : Forte dégradation de la liberté de la presse après les élections du 17 octobre 2004
Liberté de la presse 2008 : la Biélorussie stagne à la 154ème place mondiale, selon RSF
Biélorussie : quatre ans d'impunité dans l'affaire Dmitri Zavadski

 



© 2013 COLISEE