Accueil Brèves Plan du site Contact Admin


COLISEE Articles
comité pour l’information sur l’Europe de l’Est
   
 
 
[ Imprimer cet article ]


Géorgie et France : Rajden Arsénidzé (1880-1965), ministre


ARSENIDZE RAZHDEN OU RAZDEM
mercredi 14 février 2007, par Mirian Méloua

Rajden Arsénidzé est né le 1er octobre dans le village de Sotchkhéto en Géorgie occidentale. Après le séminaire de Koutaïssi, il étudie le droit à l'Université. Il s'engage très jeune dans le mouvement social - démocrate, tendance menchévique.

Durant les premières années du XXème siècle, il est propagandiste : il croise en 1904, à Batoumi, Joseph Djougachvili (le futur Staline, qui se fait encore appelé Koba) (1). Puis journaliste et polémiste, il est déporté en Sibérie par l'administration du tsar Nicolas II.

Il revient en Géorgie après la première révolution de Pétrograd (février 1917) et prend part à la rédaction de l'acte de restauration de l'indépendance de la Géorgie (26 mai 1918).

Il est élu à l'Assemblée constituante géorgienne en janvier 1919 et succède au social-fédéraliste Chalva Alexis-Meskhichvili à la tête du ministère de la Justice, dans le gouvernement homogène social-démocrate de Noé Jordania.

Il a en charge le secrétariat du Comité central du Parti ouvrier social-démocrate géorgien lorsque l'Armée rouge envahit la Géorgie en février 1921. Il émigre avec les principaux dirigeants politiques vers la Turquie, puis vers la France.

Il publie différents ouvrages à Paris, notamment en 1963 ses mémoires sur le jeunesse de Staline (2) et une étude sur Vakhtang VI, roi géorgien du XVIIIème siècle.

Rajden Arsénidzé, que ses proches appelaient Misha, repose dans le "carré géorgien" du cimetière communal de Leuville-sur-Orge.

Notes :

(1) Il écrit : "A l'époque tsariste ... Staline avait le culte de Lénine. Il déifiait Lénine. Il vivait avec les pensées de Lénine. Il le copiait tellement que nous l'appelions entre nous la jambe gauche de Lénine ... ".

(2) En particulier, l'attaque de la trésorerie centrale de Tiflis le 26 juin 1907 par une équipe dirigée par Kamo Pétrossian, à laquelle appartenait Joseph Djougachvili.

*

Sources multiples

-  Géorgie, bibliographie : histoire, témoignages et romans historiques

-  Intenet dont David Marshall Lang, Levan Urushadze, Marxists, Wikipedia.

Voir aussi

-  Géorgie : les partis politiques avant 1991

-  La Ière République de Géorgie (1918-1921)

-  La Ière République de Géorgie en exil en France

-  photographie de Rajden Arsénidzé aux obsèques de Nicolas Tchéidzé, en 1926, à Paris

http://www.samchoblo.org/agf_gouver...

-  Le "carré géorgien" du cimetière communal de Leuville-sur-Orge



[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
 
  01. Le COLISEE
02. Albanie
03. Arménie
04. Azerbaïdjan
05. Biélorussie
06. Bosnie-Herzégovine
07. Géorgie
08. Kazakhstan
09. Kirghizstan
10. Macédoine
11. Moldavie
12. Monténégro
13. Ouzbékistan
14. Russie
15. Serbie
16. Tadjikistan
17. Turkménistan
18. Ukraine
19. Etats autoproclamés
20. Union européenne et pays membres
21. Grandes régions d'Europe et d'Asie
22. Séminaires et conférences (Europe de l'Est)
23. Evénements (Europe de l'Est)
24. Offres d'emplois et de bourses (Europe de l'Est)
25. Thèmes transversaux
26. Les dossiers du COLISEE

Contact
 

 
 
Dans la même rubrique

Autres articles :
Géorgie et France : Constantiné Kandélaki (1883-1958), révolutionnaire et ministre
Géorgie et France : Akaki Tchenkéli (1874-1959), homme d'Etat transcaucasien
Géorgie et France : Grigol Ouratadzé (1880-1959), secrétaire d'Etat
Géorgie, France et Géorgie : Noé Homériki (1883-1924), révolutionnaire et ministre de l'Agriculture
Géorgie, Russie, France et Etats-Unis : Irakli Tsérétéli (1881-1959), homme d'État
Géorgie et France : Evguéni Guéguétchkori (1881-1954), homme d'Etat transcaucasien

 



© 2014 COLISEE